Astra Wally

Astra Wally c'est moi.

1982! Alors que je passe quelques jours de vacances chez mon oncle, celui-ci a la bonne idée (la mauvaise selon ma maman) de m’enregistrer une cassette audio. Je découvre alors Rose Tattoo, Blue Öyster Cult, Aerosmith, Accept... A l’époque, on appelle cela du Hard-rock voire du Heavy Metal pour les plus initiés, ou, du bruit pour les béotiens et les fans de Michel Drucker (*).

Habitué à supporter Serge Lama, Alice Donna d’un côté, Wagner ou Chopin de l’autre, le traumatisme auditif fut si grand que je n’allais jamais m’en remettre. Aujourd’hui, la cinquantaine passée, je ne suis toujours pas guéri (juste un peu plus sourd). Passionné comme à la première écoute, par cette musique bien plus riche et subtile que ses détracteurs ne la laissent entrevoir. Leurs oreilles, sans aucun doute altérées par une trop longue exposition aux sonorités diffusées en boucle par les médias nationaux, a provoqué chez eux une sécrétion excessive de cérumen, dégradant leur conduit auditif et affectant irrémédiablement la perception objective qu’ils auraient dû avoir de la musique. 

Fidèle lecteur de la presse métal depuis Enfer Magazine, c’est en relisant les numéros hors-série de Rock Hard consacrés à la Métalthèque idéale, que je me suis décidé à créer ce blog en agrémentant la sélection proposée de mes propres choix et jugements de valeur. Les œuvres dont je vous parlerai ici sont toutes issues de ma collection personnelle et l’avis exprimé n’engage que moi et ma mauvaise foi.

(*) Michel Drucker: vestige en péril du paléolithique et commentateur avisé de l'eurovision 2006, insultant Lordi (et par là même la communauté Metalleuse), brillant vainqueur de cette édition. Tu fus bien pathétique: fuck you Michel !!!

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire