Titan

1986, Killers se voit amputé des quatre cinquièmes de ses membres, laissant Bruno Dolheguy seul aux commandes du groupe basque. De cette séparation naitra Titan qui enregistre dans la foulée son premier album. La production, comme souvent pour les groupes français de l’époque, n’est pas franchement au rendez-vous, et, sans être foncièrement mauvais, on a du mal à accrocher à un disque, qui, après trois premiers titres efficaces, s’essouffle un peu. En comparaison, Danger De Vie de Killers, sorti trois mois plus tard, avec les mêmes musiciens, contient des morceaux plus convaincants dans un registre musical identique. Ironie du sort, Titan ne produira plus rien en studio, sortira un ultime album live et se séparera en 1989, alors que Bruno Dolhéguy et Killers continueront leur petit bonhomme de chemin, envers et contre tous, proposant à ce jour avec dix-sept albums studio, une des discographies les plus fournie du Metal Français.

G.I.'s heritage

Ultimatum

La loi du métal

Too Mean To Die

Too mean to die
Commençons par les choses qui fâchent. Pourquoi ce disque sort sous le nom d’Accept et non pas sous l’étiquette Wolf Hoffmann and friends ? Suite au départ de Peter Baltes, le six-cordiste reste le seul et unique rescapé de la période la plus populaire de la formation allemande. Pourquoi un passage à trois guitaristes ? Ça va devenir le truc à la mode (Iron Maiden, Helloween)? Une fois ceci dit, parlons musique. C’est du Heavy Metal à la Accept. Le groupe reste fidèle à ce qu’il a produit depuis l’arrivée de Mark Tornillo. Ce n’est pas très novateur mais ça reste bougrement efficace. On notera des clins d’œil prononcés vers la musique classique, dont Wolf Hoffmann est un fin connaisseur. Les fans ne seront pas dépaysés, quant à ceux qui critiquent l’aspect conservateur voire passéiste du groupe et encensent Power Up d’AC/DC, un conseil : faites-vous greffer une paire d’oreilles!

Decade Of Agression

 
Decade Of Aggression clôture en beauté une première partie de carrière irréprochable. Slayer à son apogée avec une discographie impressionnante de classiques. On parle ici de Show No Mercy, Hell Awaits (le moins essentiel à mes yeux), Reign In Blood (œuvre ultime du Thrash Metal ?) et des plus nuancés mais incontournables South Of Heaven et Seasons In The Abyss. Enregistré lors de la tournée promotionnelle de ce dernier, on y retrouve pas moins de 8 morceaux sur 21 (ça fait peut-être beaucoup). Araya se démène comme un possédé, se reposant sur les guitares redoutables d’efficacité de la paire Hanneman/King et un Dave Lombardo au jeu de batterie impérial. Faisant figure de best of live, Decade Of Aggression entérine la suprématie d’un groupe au firmament du Thrash Metal. La suite de l’œuvre sera moins percutante, voire même décevante. Départ de Lombardo, décès de Hanneman, le groupe est en roue libre.