Peer Günt

Peer Günt 1985 Peer Günt
Le pays du père Noël n’est pas le plus réputé en matière de Metal, mais il sait nous distiller quelques groupes de qualité aux influences disparates : Children Of Bodom, Apocalyptica, Amorphis, Waltari ou Impaled Nazarene, le spectre stylistique est large. Peer Günt, trio fondé en 1976 par l’indéboulonnable guitariste/chanteur Timo Nikki, se démarque de ses compatriotes. Ici point de Metal, mais un Hard Rock Boogie à la personnalité affirmée, sorte de Georges Thorogood énervé aux relents d’un Status Quo dopé aux amphétamines. Le bien nommé I don’t wanna be a rock ‘n’ roll star plante le décor. On comprend que les finlandais n'ont aucune chance de figurer au Rock And Roll Hall Of Fame. Fuck the jazz résume la mentalité de musiciens qui récitent leur partition, sans aucune autre prétention que de nous faire passer du bon temps. Vous reprendrez bien un peu de Hard through the night ?
 

...En Attendant...

Trust 1989 ...En attendant...
Lorsque les membres d’Anthrax décident de reprendre Antisocial sur State Of Euphoria, ils ne pouvaient pas s’imaginer que le succès de leur version puisse être à l’origine d’une reformation de Trust. Enterrant la hache de guerre, les parisiens partageront la même affiche que les new-yorkais lors du Monsters of rock de Bercy (1988), profitant de l’instant pour enregistrer leur premier album en public, Live! Paris By Night. À la surprise générale, ...En Attendant… sort avec la vocation de faire patienter les fans jusqu’à la parution du successeur du décrié Rock ‘N’ Roll. Au menu, deux excellents nouveaux titres, Good time et Allez monnaie blues qui n’auraient pas dépareillés sur Trust ou Répression. Boom boom et Paint it black complètent la galette avec le cultissime et punkisant Petit papa Noël. Jouissif ! Enfin, Surveille ton look (enregistré à Bercy) termine cet encas qui n’aura pas de successeur avant 1996, dissensions obligent.
 
Good time

Allez monnaie blues

Petit papa Noël

Resurrection

Halford 2000 Resurrection
Intituler son premier album Resurrection quand on a Metal God comme pseudonyme, avouez qu’il y a de quoi sourire. Et pourtant, en quittant Judas Priest le 4 juillet 1991, alors que la formation anglaise est au sommet de sa popularité, Rob Halford ne se facilitera pas la tâche.  Auteur de deux albums de Metal contemporain avec Fight, groupe qu’il fonde juste après son départ, et d’une digression industrielle avec Two, sa carrière solo a du mal à décoller. En 2000, c’est donc sous son propre patronyme que sort le bien nommé Resurrection. Cette prèche marque un retour aux sources du Heavy Metal tel Rob le pratiquait avec Judas Priest. L’ensemble des compositions est de bonne facture, malgré une petite baisse de régime sur la fin avec les très dispensables Temptation et Drive. A noter que Bruce Dickinson vient jouer les enfants de cœur sur The one you love to hate.

Rock 'N' Roll Secours

Vulcain 1984 Rock 'n' roll secours
Sorti en 1984, Rock ‘N’ Roll Secours fait partie des albums indispensables de ce que le Hard national a pu produire dans cette première moitié de décennie. Plutôt que de marcher sur les traces de Judas Priest ou Iron Maiden, influences majeures de la jeune scène Metal tricolore, Vulcain se démarque en proposant un Hard Rock 'N' Roll façon Lemmy & Co. Ce choix lui vaudra d’ailleurs de se voir coller l’étiquette de Motörhead français. Avec une production au-dessus de la moyenne hexagonale, les parisiens signent avec Rock ‘N’ Roll Secours leur meilleur disque. En 2014, pour commémorer son trentième anniversaire, le trio décide de le réenregistrer. De Rock ‘n’ roll secours à Ebony en passant par Les damnés ou le Fils de Lucifer (sans oublier La digue du cul), l’occasion nous est donnée de (re)découvrir un monument du Hard français dans une version double CD contenant l’original de 1984.

Weird Visions

ADX 1991 Weird Visions
Dans les années 80, ADX était une figure de proue du Heavy Metal à la française. Malgré des critiques peu élogieuses dans Enfer Magazine à la sortie d’Exécution, la formation obtient au fil du temps et des albums, un succès national. Jouissant d’une réputation grandissante en dehors de l’hexagone, les franciliens attirent l’attention d’un des plus gros labels allemands du moment, Noise Records. Avec la promesse d’assurer une bonne exposition médiatique et une meilleure distribution internationale, Weird Visions sera produit chez nos voisins teutons. Seule obligation, chanter en Anglais, afin de toucher une plus large audience. Ce choix déconcerte une partie du public français qui boude un album pourtant bien produit et bien exécuté. Comble de malchance, Noise, au bord du dépôt de bilan, n’assurera pas la promotion de Weird Visions, transformant les rêves de conquête du groupe en échec commercial, et précipitant la mise en veille de ses activités.
 

Be My Slave

Bitch 1983 Be My Slave
Formé en 1980, Bitch est le premier groupe signé par Brian Slagel (découvreur de talents qui a lancé les carrières de Metallica, Ratt, Slayer et consort). Emmenée par Betsy « Bitch » Weiss, la formation enregistre en 1982 le titre Live for the whip pour la très prisée compilation Metal Massacre. Suivent le EP Damnation Alley, puis l’album Be My Slave (1983). S’appuyant sur les charmes de sa chanteuse qui joue les Maîtresses dominatrices, les Angelenos (habitants de Los Angeles) optent pour une image BDSM, signant des titres sans équivoque : Be my slave, Leatherbound. Coté musique, c’est du Heavy Metal américain typé eighties, rugueux dans la production, sonnant parfois punk. Sans être renversant artistiquement, Be My Slave choquera les puritains réactionnaires du PMRC de Tipper Gore, qui s’appuieront sur sa pochette et le contenu des paroles pour dénoncer la dangerosité de la musique sur « l’innocente jeunesse américaine ».
 

Hard 'N' Heavy

Anvil 1981 Hard 'N' Heavy
Anvil c’est avant tout l’histoire de 2 potes de lycée, Steve « Lips » Kudlow et Rob Reiner, qui décident de se lancer dans la folle aventure du Rock ‘N’ Roll. Le groupe émerge à Toronto en 1979 sous le nom de Lips pour se rebaptiser Anvil en 1981. Avec Hard ‘N’ Heavy,  le quatuor annonce d’emblée la couleur sur le contenu de cette première production. De Hard il est question avec At the apartment qui flirte avec AC/DC sans pour autant plagier, tandis que Ooh Baby et Bondage auraient pu figurer sur un album de Ted Nugent. Quant au Heavy il est présent sur le reste de l’album avec notamment un Bedroom game qui sort du lot, et une bonne reprise de Paint it black. Souvent cité comme influence par Metallica, Anthrax ou Slash, les Canadiens ne verront jamais leur carrière vraiment décoller malgré des débuts prometteurs.
 

Watch Out

Watch Out est la première livraison discographique des suédois de Trash. Contrairement à ce que son nom peut laisser penser, sa musique n’a rien à voir avec un style qui commence à éclore : le Thrash Metal. Ici c’est du Rock burné, plus proche d’AC/DC ou Hanoi Rocks (influences revendiquées par le groupe) que de Slayer ou Metallica. Un chanteur, sorte de Klaus Meine à la voix éraillée, une paire de guitaristes efficace, des compositions solides, que demander de plus ? Même si on baigne dans un Hard Rock à la sauce wallabies qui peut paraitre stéréotypé, les 5 de Stockholm n’hésitent pas à s’octroyer quelques écarts stylistiques avec le funky We gonna get foxes, ou la fausse ballade aux relents d’All right now qu’est Name of the game. L’album s’écoule sans temps mort, on tape du pied, on secoue la tête, on passe un bon moment, c’est là l’essentiel.
 

Riot Live

Riot 1989 Riot Live
J’ai découvert Riot sur la compilation Monsters Of Rock, où figuraient également Rainbow, Scorpions, Saxon et d’autres. Pourquoi je vous dis cela ? Tout simplement parce-que Riot Live est de la même teneur que le petit uppercut que j’avais pris en pleine poire, en écoutant Road racin’ sur la compil susnommée, sauf qu’ici c’est l’album complet qui vous met K.O. Sorti en 1989, la captation a pourtant eu lieu en 1980, lors d’un concert à l’Hammersmith Odeon. A cette époque, la formation New Yorkaise est à la croisée des chemins entre Hard Rock et Heavy Metal. Guy Speranza assure le chant aux côtés d’un Mark Reale inspiré, délivrant une prestation bourrée de feeling et d’énergie. Passé aux oubliettes, ce disque mérite vraiment le détour, rivalisant haut la main avec The Eagle Has Landed, Highway Song Live ou Baron Al Rojo Vivo, autres enregistrements en public incontournables du début des eighties.