Metallica

Difficile de critiquer une œuvre dont le succès commercial est indiscutable. Pourtant je n'aime pas ce disque. Hormis Enter sandman, tube qui est à Metallica ce que Smoke on the water est à Deep Purple, les très radiophoniques Nothing else matters et The unforgiven, le reste m'ennuie profondément. Sous la houlette de Bob Rock, le groupe a délaissé ses racines Speed/Thrash au profit d’une musique plus facilement écoutable, en phase avec les attentes d’un grand public qui va propulser le quatuor au rang de star mondiale du Rock. Moi, je n'y trouve pas mon compte. Quitte à écouter du Heavy autant aller voir du côté de Corrosion Of Conformity ou Pantera. Je laisse ce Black Album aux Metalleux en costard cravate qui se sont mis à écouter ce Metallica là, en pensant se donner un côté bad boy et subversif... Kill 'Em All c'est tout ce que j'ai à dire.

Get In Line

Au milieu des années 80, émerge un courant musical essentiellement américain, mélangeant le gros son du Heavy avec des styles aussi divers que le Rap, le Funk ou le Reggae. C’est la naissance du Metal Fusion. En 1991, alors que les Red Hot Chili Peppers et Rage Against The Machine cartonnent un peu partout dans le monde, Atom Seed, quatuor Londonien, essaie de se frotter au style en sortant Get In Line. Avec une rythmique portée essentiellement sur le funk, une production rêche mais claire, cet enregistrement restera l’unique témoignage (hormis quelques EP) d’un groupe né du mauvais côté de l’océan. Morceaux à écouter en priorité : le très funky Rebel, l’entêtant Shot down et son final basse/batterie, l’incontournable Better day, ballade au solo de guitare magique et tout en émotion. Si vous avez quelque chose entre les oreilles, que vous n’êtes pas allergique au chant façon Rap, jetez-vous sur ce disque.